Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le blogue-notes d'anne-marie dutilh

21 NOVEMBRE 2017

22 Novembre 2017, 08:59am

Publié par Anne-Marie DUTILH

Violoncelle Huile sur Toile 38x55

Violoncelle Huile sur Toile 38x55

"...Comme la mélodie née de l'archet... , la vie s'étire ; elle nous ouvre les yeux tendrement puis nous les referme infiniment lentement... "

 

Anne-Marie Dutilh

 

Selon le Code de la Propriété Intellectuelle, tous droits réservés Anne-Marie Dutilh Copyright by Editions L'Ecritoire du Reguin http://www.copyrightfrance.com/ 

 

Pour plus d'informations sur les textes à la feuille et les recueils  Cliquez ici

Voir les commentaires

35ème SALON DES ARTS

18 Novembre 2017, 00:01am

Publié par Anne-Marie DUTILH

35ème SALON DES ARTS

"L’art est le fruit de la créativité des gens libres." John Fitzgerald Kennedy

 

LA PALETTE ANGERIENNE

ouvre les portes de son

35ème SALON DES ARTS

du 18 novembre au 5 décembre 2017

 

Ce n'est pas moins d'une cinquantaine de peintres qui partagent l'espace de La Chapelle des Bénédictines à St Jean d'Angély avec le sculpteur Didier Salvan.

Voir les commentaires

Un bruit de balançoire

13 Novembre 2017, 12:43pm

Publié par Anne-Marie DUTILH

... le poème est d'autant plus présent que le poète est absent. Aucune trace là-dedans de catéchisme. Juste la baguette de noisetier de la vie, souple et nerveuse, cinglant le vide. Ce n'est rien ce souffle, oui, mais ce rien est l'apothéose de la poésie, sa vrai gloire qui n'est aucune église. J'ai eu un soir la gorge serrée par l'intervalle entre deux notes de l'Art de la fugue de Bach. j' ai la même angoisse-délivrance (la délivrance commence toujours par une agonie) en lisant ces poèmes. Il me semble qu'un brin d'herbe me convoque au tribunal de Dieu - même si je ne sais définitivement pas ce qu'est Dieu. D'ailleurs je m'en moque. La poésie, cher penseur, est un instrument d'optique autrement plus fin que les télescopes qui grattent le nombril du ciel. Elle est cet amour qui se meurt de se dire. Elle est ce souffle qui explose après notre dernier souffle...

La poésie nous donne du pain. Sans elle nous mourrions de faim. Ce pain, émiettons-le, lançons-le aux moineaux. C'est leur bec qui dactylographiera le plus sûr des poèmes sur la terrasse : tac tac tac ! Le poème s'écrit avec rien... 

 

Christian Bobin

Un bruit de balançoire - Edition l'Iconoclaste - Septembre 2017

Voir les commentaires